FONDU ENCHAINE

TRAITEMENT DU PHASAGE / FONDU ENCHAINE
La parcelle est située au coeur d’un secteur d’activité à vocation industrielle. Les bâtiments en présence en portent la marque typologique, notamment hangars, entrepôts et immeuble de bureaux. Le plan proposé par l’agence d’architecture Diener & Diener met en avant un processus de construction lié au temps et à la mémoire des bâtiments. Chaque nouveau bâtiment ou ensemble de bâtiments est tributaire dans sa construction de la relocalisation de l’activité qu’il remplace.Le projet propose d’exprimer la sédimentation des constructions. En gardant la trace de l’implantation de ce qui était présent, il propose de prendre en compte cette sensibilité urbaine au sein de la parcelle et de son phasage.

ALIGNEMENT / ESPACE PUBLIC
Le bâtiment de la parcelle A s’implante parallèlement au bâtiment existant sur la route de Saint-Julien. Le bâtiment de la parcelle B trouve son accroche dans l’alignement avec le bâtiment projeté sur la parcelle voisine. Les deux bâtiments sont liés au sol par un espace public minéral ouvert et animé par les activités et commerces de rdc.

MATERIALITE
Le projet propose de conférer au bâtiment de la parcelle A une matérialité béton, tout comme l’existant, afin de renforcer la volonté de dialogue entre les deux : le fondu. Le bâtiment de la parcelle B exprime une trame de façade similaire au premier bâtiment différant par sa matérialité brique, volonté de Roger Diener pour le plan urbain : l’enchaîné.  La différence de teinte s’appuie sur une volonté de décollement des deux bâtiments, une façon de marquer la richesse de la succession des plans et de donner de la qualité à l’espace partagé central.

PROSPECT
La structure du bâtiment est orientée à 45°, permettant de mettre à distance les façades de l’existant. Avec un alignement sur la façade, le vis-à-vis serait de 23m, avec l’implantation que propose le projet les points les plus éloignés de la façade proposent une distance de 33m et vont dans le sens de la plus grande profondeur de champ.

 

STRATIFICATION
Le projet exprime trois hauteurs, trois positionnements vis-à-vis du contexte. Il propose ainsi une mixité entre activité et logement par superposition. La densité de l’opération s’exprime de manière unitaire par une hybridation programmatique.
1.L’empreinte habitée : les trois premiers niveaux sont dédiés à l’activité. Deux niveaux de 4m de hauteur sous plafond et un niveau de 2.85m de hauteur sous plafond. Ce troisième niveau est envisagé comme une surface utile adaptative, étage hybride entre activité et logement.
2.Le rapport au contexte : les 3 niveaux (parcelle A) ou 5 niveaux (parcelle B) de logements qui surmontent les niveaux d’activité sont en relation directe avec les bâtiments existants et projetés. Ils proposent des logements à 2,55m de hauteur sous plafond, intégrant selon les typologies un ou plusieurs espaces extérieurs de 10m². La rotation à 45°des appartements par rapport à l’implantation permet d’augmenter le regard porté sur le paysage intérieur du quartier.
3.Le rapport au grand paysage : les deux émergences de 9 et 11 étages restent en deçà du seuil des 50m de dernier plancher accessible. Les vues ouvertes règnent au-dessus des bâtiments existants et entrent en dialogue avec la tour de 18 étages existante et les tours projetées. Le grand paysage est invité dans le logement.